This post is also available in: deDeutsch pt-brPortuguês ruРусский enEnglish

Quel est le mot à dire pour donner du cachet à une crypto-monnaie ? Décentralisation. D’ailleurs, il s’agit du plus grand compliment possible pour un projet de crypto-monnaie : il est « décentralisé ». La pire insulte, à l’inverse, serait qu’il soit « centralisé ». Le mot décentralisé fait volontiers penser à des groupes de volontaires qui travailleraient dur, qui résolveraient leurs différents à l’amiable et qui resteraient soudés pour le bien commun. Centralisé, à l’inverse, évoque des images d’élites mal intentionnées qui garderaient les gens sous leur contrôle et gouverneraient le monde comme ils l’entendent.

L’efficacité de la centralisation

Bien sûr, la réalité est un peu moins caricaturale. Selon la situation, autant la décentralisation que la centralisation peut être bénéfique… ou néfaste. Par exemple, une famille avec de jeunes enfants est forcément « centralisée ». Les parents prennent les décisions pour le bien de la famille sans consulter l’enfant de 4 ans. Seul un idéologue qui n’a jamais eu d’enfant serait capable de vous dire que cette forme de centralisation est mauvaise. De la même manière, certaines associations choisissent une forme de prise de décision centralisée afin d’être plus efficaces. Imaginez une association de parents d’élèves. Si chaque parent avait son mot à dire, ce serait un désastre. Seulement un certain nombre de parents participent et peuvent prendre des décisions en nom de toutes les personnes impliquées.

La centralisation peut aussi être bénéfique chez les entreprises. Une entreprise qui réussit ne discute pas avec tous ses employés lorsque les décisions sont prises. La plupart des employés n’ont pas les connaissances pour savoir ce qui est bon pour le futur de l’entreprise. C’est pour cela qu’un PDG prend la majorité des décisions et se porte responsable de ces dernières, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Les dangers de la centralisation

Dans tous ces exemples, être centralisé n’est pas néfaste. Mais cela ne veut pas dire que la centralisation est toujours la solution. Si l’on sort des situations familiales, des groupes communautaires, des entreprises et pensons à des organisations moins basées sur le volontariat (les gouvernements par exemple), les dangers de la centralisation deviennent plus importants que les côtés positifs qu’elle peut apporter. Le pouvoir s’y trouve concentré dans un petit nombre d’individus, souvent sans le consentement de la majorité. Ces individus s’accordent sur les décisions importantes à prendre, ce qui accroît en général leur pouvoir. Ces situations sont sujettes aux abus et à la corruption. Cela s’observe facilement dans l’histoire des monnaies qui sont garanties par les gouvernements, c’est-à-dire, lorsque un petit nombre d’hommes et de femmes puissants contrôle arbitrairement les flux de la monnaie (et donc sa valeur) dans la société.

Marrier la décentralisation et la centralisation

Quel rapport avec les crypto-monnaies en général et Dash en particulier ? Il s’agit de rappeler que si la décentralisation peut être un outil bénéfique, il ne s’agit pas d’une baguette magique permettant de résoudre tous les problèmes de la terre. Grâce au réseau des Masternodes et au Budget Dash, le contrôle du réseau Dash est décentralisé comme il se doit. Les décisions d’importances concernant l’orientation de Dash sont évaluées puis votée par un réseau d’investisseurs variés, exempts du contrôle par une seule personne ou par un seul groupe. Pourtant il existe, à l’intérieur même de l’écosystème Dash, des groupes centralisés plus petit qui évoluent afin de développer Dash.

Par exemple, le fonctionnement des différentes équipes internes au Groupe Dash Core sont centralisées. Un développeur ne prend pas de décisions sur le développement commercial, pas plus qu’un membre spécialisé dans les relations publiques n’a son mot à dire sur les décisions techniques. Chaque équipe possède sa propre compétence sur laquelle elle se concentre et prend les décisions. Chaque équipe possède un leader qui décide de l’orientation de l’équipe.

De la même façon, d’autres équipes financées par Dash sont centralisées en interne (comme Dash Force News lui-même). Les articles et vidéos publiés (ainsi que tout autre projet) ne sont pas déterminés par le vote de la communauté. Il s’agit d’une petite équipe qui prend ces décisions et avancent ainsi. Pourtant, l’existence même (à travers son financement) de Dash Force dépend du Budget Dash qui est un système décentralisé.

Dash c’est donc un mélange entre décentralisation et centralisation. Dash combine la nature de la répartition du pouvoir de la décentralisation avec l’efficacité de la centralisation.

Crier au loup

Dans le monde des cryptos, il n’y a pas pire insulte que de dire que tel ou tel projet est centralisé. Pourtant décentralisation et centralisation sont des concepts beaucoup plus complexes que ce que semblent croire de nombreux partisans des crypto-monnaies. Alors que la centralisation ne devrait jamais toucher certaines choses (comme par exemple le contrôle et l’orientation d’un projet), la centralisation peut être bénéfique dans certains cas. Ne crions pas au loup lorsqu’il n’est pas là.