This post is also available in: Deutsch Português Русский English

Vous n’avez probablement pas besoin que je vous dise que le marché des crypto-monnaies est en train d’exploser. Pendant le mois dernier, ce sont plus de 100 milliards de dollars qui se sont déversés dans le secteur des crypto-monnaies et dont la valeur totale a ainsi dépassé le quart de billion de dollars. Cela a notamment eu lieu sans changement dans la domination de Bitcoin (qui pèse environ la moitié du marché total), ce qui veut dire que c’est le secteur dans son ensemble qui bénéficie d’une expansion à un rythme effréné. Au milieu de cette flambée des prix et de cette liesse globale, il y a cependant une chose que les analystes classiques n’ont pas vu ; il s’agit d’un indicateur qui est rarement évoqué et qui pourtant fait toute la différence lorsque l’on mesure la réussite d’un projet.

La hausse des cryptomonnaies cache parfois leurs objectifs

L’importante progression de la valeur globale des cryptos est impressionnante et fait le bonheur de nombreuses personnes. Toutefois, cela pourrait bien être un problème. Dans un marché libre, les bénéfices proviennent des résultats, récompensant les produits répondant au mieux aux besoins des consommateurs. Pourtant, actuellement, cette hausse n’a en grande partie rien à voir avec les résultats ou avec chaque monnaie en question. Le marché récompense les cryptomonnaies pour le simple fait d’être des cryptomonnaies. Mais en consacrant ainsi la plus grande technologie de l’ère moderne, de nombreux projets douteux profitent de cette chevauchée fantastique.

Quelles sont les mesures concrètes de l’utilisation ?

N’importe quelle envolée des prix souffre de cette inconnue : l’augmentation représente-t-elle une hausse effective de l’utilisation ? Différentes statistiques montrent que le nombre total d’utilisateurs s’accroît, comme par exemple Coinbase qui a atteint les 13 millions d’utilisateurs. Mais cela ne reflète que partiellement la réalité. Bien sûr, il se peut que des millions de nouvelles personnes possèdent maintenant des bitcoins, ethers et des litecoins. Mais cela se répercute-t-il sur le nombre d’achats en litecoins et bitcoins ? Ou sur le nombre de smart-contract d’Ethereum ? Et, admettons que cela soit le cas, cela correspond-il proportionnellement à cette hausse démente de la valeur de ces monnaies ?

Quant à Dash, il est possible de mesurer sa progression de manière pertinente par le nombre grandissant d’entreprises acceptant les dashs (500 actuellement) dans le monde, ainsi que par le nombre de ventes mensuelles de BitCart.io. Pourtant, même ces statistiques ne représentent pas totalement la réalité de l’utilisation.

Le budget de 4,2 millions de $ dont personne ne parle

Juger de la viabilité d’un projet par sa capitalisation boursière peut être traître : la capitalisation indique uniquement le prix du marché de l’unité d’une monnaie multipliée par son nombre en circulation.

Ainsi, il peut autant s’agir d’un projet passionnant et bien mené, soutenu par des utilisateurs diffusant activement cette monnaie, que d’une monnaie à la gestion quasi inexistante et plutôt soutenue par des milliers de spéculateurs qui n’ont que faire du développement de l’infrastructure ou de la viabilité du projet sur le long terme.

Le nombre de contributeurs présents est un bon indicateur de réussite mais peut aussi être trompeur étant donné qu’une équipe peut avoir des centaines de volontaires et pourtant ne pratiquement pas aller de l’avant. Il existe cependant un indicateur difficile à tromper : le budget récurrent. Combien y a-t-il d’argent continuellement disponible permettant de recruter des développeurs, de sponsoriser des événements ou de financer tout autre projet nécessaire à la croissance d’une monnaie virtuelle (au-delà de l’apport initial généré par un ICO) ? Il semblerait que la plupart des gens dans le monde des cryptos ignore que le budget mensuel de Dash corresponde à la somme vertigineuse (et en hausse) de 4,2 millions de dollars. Cette somme augmente à chaque fois que le prix du dash augmente lui-aussi. Elle peut être utilisée pour financer des développements, des actualités (comme cet article), des intégrations, des conférences, des sponsorings et tout autre chose qui apporte de la valeur au réseau. A titre de comparaison, Bitcoin Cash a rassemblé plus de 85 000 $ pour son budget marketing (ce qui reste impressionnant sachant qu’il s’agit uniquement de donations). Dash, cependant, reçoit continuellement 10 % de son bloc de récompense, mis de côté pour financer sa propre progression. Et cette somme est devenue simplement monstrueuse.

Dans peu de temps, la domination sera totale

Il est facile d’oublier ce qu’impliquent ces 4,2 millions de dollars si on se laisse happer par le battage médiatique autour des cryptomonnaies ou bien si l’on passe son temps à regarder le classement des « marketcap ». Pour un total de 500 000 $, Dash a financé en août dernier le sponsoring de Great American Pilgrimage, une émission télé présentée par Stephen Baldwin et Max Keiser. A ce moment-là, cette somme représentait une portion significative du Budget Dash. Mais, ce mois-ci, le Budget Dash pourrait financer 8 propositions de ce type et toujours avoir en réserve le double du budget marketing de Bitcoin Cash. Le réseau reste en phase d’apprentissage quant à la gestion de tout cet argent et à son suivi mais la force de frappe est belle et bien là. A l’avenir, rien n’est impossible.

Il existe tellement d’indicateurs permettant de mesurer la réussite d’un projet que suivre chaque cryptomonnaie de près représente un défi colossal. Au lieu de cela, je vous invite tout simplement à suivre le Dash Vote Tracker. Cet outil permet de suivre le budget mensuel de Dash ainsi que voir tous les projets que le réseau compte éventuellement financer. En 2018, ça va secouer !