This post is also available in: Deutsch Português Русский English

Ryan Taylor, le PDG de Dash Core, a expliqué pourquoi il est convaincu que les régulateurs américains ne considéreront pas Dash comme un titre.

Dans une récent épisode du podcast de Dash News, Taylor a expliqué en détail ses discussions avec la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis au sujet de la position de Dash en matière de réglementation. Il a déclaré que, selon lui, la monnaie décentralisée a un dossier très convaincant. Il affirme: « Je pense que nous avons un argument juridique extraordinairement solide pour expliquer pourquoi Dash n’est pas un titre, et je pense que ce message a été bien reçu. » Bien que l’équipe Dash Core ait sollicité une lettre de non-action de la SEC, Taylor estime que l’agence est très réticente à émettre directement ce type de document. Et que l’absence d’une lettre explicite ne devrait pas être interprétée comme signifiant que la situation réglementaire de Dash est toujours en question:

« La SEC, comme nous l’avons vu publiquement, est très lente à agir. La seule lettre de non-intervention qu’ils ont émise à ce jour concernait essentiellement un coupon pour les vols aériens. Il était tellement évident que ce n’était pas un titre qu’un étudiant de première année en droit pouvait facilement identifier qu’il ne s’agissait pas d’un titre, mais il a fallu 54 appels téléphoniques et environ 10 mois pour obtenir cette lettre de non-action. Je m’attends à ce que ces situations plus complexes prennent encore plus de temps. »

La réunion de Dash Core avec la SEC, puis le silence, et ce que cela signifie pour le statut de Dash

Selon Taylor, la SEC avait déjà interrogé de nombreuses plateformes d’échange soutenant Dash quant à leur opinion sur sa situation réglementaire :

« Je ne pensais pas vraiment qu’il serait possible qu’une cryptomonnaie tout juste lancée puisse recevoir une lettre de non-action, parce que la SEC déteste les émettre après qu’un actif ait été émis, mais ce que je peux vous dire c’est que: avant octobre, lorsque nous avons soumis notre demande de lettre de non-action à la SEC, je recevais plusieurs demandes de renseignements par mois de la part de bourses qui avaient été contactées par la SEC au sujet de Dash et je leur demandais leur avis juridique quant à savoir si Dash était un titre ou non. Heureusement, à ce moment-là, nous avions déjà effectué la majeure partie de la démarche de recherche et nous avons pu partager un résumé des avis juridiques que nous avions préparées à l’époque. Nous avons donc été en mesure d’aider beaucoup d’entre eux individuellement. Mais la SEC était très active, et elle devenait active non seulement avec Dash, mais avec de nombreuses cryptomonnaies. »

Taylor décrit en détail une rencontre qu’il a eu en personne avec des membres de la SEC, et pourquoi il croit que la question de Dash est maintenant réglée à leurs yeux:

« Un mois après avoir envoyé notre demande, nous avons rencontré la SEC en personne à Washington, DC. J’ai pris l’avion avec Glenn Austin, notre directeur financier, et nous avons rencontré la SEC pendant la majeure partie de l’après-midi. C’était vraiment comme si j’étais assis en face d’une commission d’enquête géante. Les tables étaient remplies de personnes qui nous posaient des questions. Beaucoup d’entre elles étaient, je dirais, des « gotchas ». Depuis cette rencontre, je n’ai reçu aucune demande de renseignements. Je crois que les objectifs de sensibilisation de la SEC, répondant à ses préoccupations, ont été atteints à ce stade. Nous avons eu des interactions avec la SEC depuis, mais il a fallu beaucoup d’efforts de notre part pour les amener à collaborer. Il est clair qu’ils ne veulent pas s’engager pour l’instant, et je pense qu’ils ne considèrent pas Dash comme un titre, et c’est pourquoi il a été difficile de les amener à faire progresser le processus. Ce n’est plus un domaine qui les préoccupe. »

Le fait d’être défini comme un titre par la SEC imposerait un fardeau réglementaire supplémentaire aux bourses qui cherchent à supporter Dash, ce qui pourrait amener de nombreuses plateformes américaines à ne pas inscrire Dash du tout. La position actuelle peut ouvrir la porte à plus d’échanges et de services pour supporter Dash en toute confiance.

Lutte constante en matière de réglementation : des projets comme Decred ont été affectés

Bien que Dash puisse avoir reçu une opinion favorable de la part des organismes de réglementation, d’autres projets pourraient ne pas avoir la même chance. La bourse d’échange majeure, Poloniex, a récemment restreint l’accès à Decred et plusieurs autres coins à des clients américains en raison de l’incertitude réglementaire, peut-être due à la structure de Decred, dont une seule société a réclamé les premiers 8 % des coins et qui, au moment de la rédaction, utilise une seule entité pour approuver et distribuer toutes les demandes de financement. Afin d’éviter des problèmes similaires, la Fondation Kin a récemment créé la Defend Crypto Fund pour lutter pour une réglementation légère et équitable des cryptomonnaies.