This post is also available in: deDeutsch pt-brPortuguês ruРусский enEnglish

La version 12.2 de Dash est sortie : la taille du bloc a été doublée et les frais de transactions diminués. Pendant ce temps, l’augmentation de la taille du bloc Segwit2x a été annulée.

La mise à jour 12.2 comprend diverses modifications mineures améliorant le réseau et, surtout, des évolutions permettant à Dash de continuer à être un moyen efficace de paiement sur le long terme. Dash Core a annoncé la mise à jour le 7 novembre, demandant aux utilisateurs de procéder à la mise à jour :


Traduction : Sortie de la v 12.2 ! S’il vous plaît, mettez à jour !

D’après le PDG de Dash Core, Ryan Taylor, cette mise à jour permet de garantir l’utilité de Dash en tant que système de paiement :

« Étant un réseau orienté vers les paiements, nous sommes convaincus que garder les frais de transactions au plus bas est un prérequis pour pouvoir développer un réseau sain sur le long terme. Des frais de transactions élevés affectent autant les consommateurs que les vendeurs qui cherchent à dépenser leur argent. Sur d’autres réseaux des utilisateurs ont pu faire l’expérience, à leur dépens, de l’impact que peuvent avoir des frais de transactions élevés dans la vie quotidienne : de nombreuses transactions à bas coût sont devenues impossibles (recharges téléphoniques prépayées ou cartes cadeaux par exemple). La mise à jour 12.2 symbolise la détermination du Groupe Dash Core à conserver un réseau rapide, de grande capacité, sécurisé, abordable et facile à intégrer et à utiliser. Plus important encore, cette mise à jour prouve que notre feuille de route cherchant à améliorer le monde des monnaies virtuelles est bien en cours (tout en gardant des frais de transactions faibles pour nos utilisateurs). Silencieusement, mais sûrement, Dash devient petit à petit ce réseau que Bitcoin avait un jour promis de devenir. »

La taille du bloc de Dash augmentée à 2 Mo, les frais de transactions diminués par 10, PrivateSend amélioré

La version 12.2 comprend une myriade de changements et d’améliorations. Les plus importants d’entre eux sont des avancées notables dans l’augmentation de la capacité et des possibilités d’utilisation de Dash. Premièrement, la taille du bloc est augmentée à deux méga-octets. La capacité actuelle de la blockchain est donc doublée (on-chain). Avec un intervalle de 2 min 30 s entre les blocs, cela équivaut à une taille de bloc de 8 Mo pour une monnaie avec un intervalle de 10 minutes comme Bitcoin (Bitcoin possède une taille de bloc de 1 Mo tandis que, pour Bitcoin Cash, il s’agit de 8 Mo). Sans mise à jour supplémentaire, Dash pourrait donc, avant de rencontrer un quelconque problème, supporter un trafic réseau huit fois supérieur à celui supporté par Bitcoin actuellement. Par ailleurs, Dash possède une stratégie d’augmentation de la capacité réseau à long terme. L’objectif est de l’augmenter bien davantage afin d’inclure des blocs de 400 Mo et bien plus.

Deuxièmement, la mise à jour conduit à une diminution par dix des frais de transactions. Les frais de transactions de Dash faisant déjà partie des moins élevés parmi les plus grosses crypto-monnaies (médiane des frais de transaction : 3 centimes). Le frais de base de 0,0001 dash pour des transactions classiques et de 0,001 dash pour des transactions InstantSend sont dorénavant réduits respectivement à 0,00001 et 0,0001. Ainsi, malgré l’augmentation du réseau et de la valeur de Dash, les petites transactions resteront toujours possibles. Enfin, plusieurs améliorations ont été réalisées au niveau de PrivateSend, améliorant l’efficacité du mélange et de l’anonymisation de son argent.

Capacité augmentée pour Dash tandis que Bitcoin y échoue

Alors que la mise à jour de Dash avait lieu, Bitcoin a quant à lui vu ses probabilités de pouvoir, dans un futur proche, augmenter sa capacité réseau réduire drastiquement. Le but de la mise à jour Segwit2x, signée par les représentants d’une grande partie de la puissance de calcul du réseau, était de trouver une solution à l’impasse du débat sur la capacité réseau. L’accord comprenait une augmentation de la taille du bloc à 2 Mo et à l’activation de Segregated Witness (Segwit). Si la première étape, l’activation de Segwit a permis d’apaiser certaines parties prenantes, l’accord a fait face à une féroce opposition lorsqu’est venu le moment d’augmenter la taille du bloc. Cela a conduit les principaux leaders de cet accord à annuler, cette semaine, la mise à jour. La conséquence est que, dans un future proche, Bitcoin restera avec une taille de bloc de 1 Mo.

A l’époque, début 2016, alors qu’il s’agissait d’un sujet brulant dans l’univers des cryptos, Dash avait demandé aux Masternodes de voter sur l’augmentation ou non de la taille du bloc. Le réseau avait alors massivement voté pour une augmentation de la taille du bloc lorsque le moment serait adéquat. Deux ans plus tard, alors que les premières étapes d’Evolution pointent le bout de leur nez, la taille du bloc a été implémentée et cela bien avant que des problèmes de congestion réseau surviennent. D’après Taylor, cela correspond à une stratégie de long terme qui cherche à anticiper les problèmes de congestion réseau avant qu’ils ne surviennent :

« “Les solutions d’augmentation de capacité réseau prennent du temps à développer, tester et déployer. Dans le monde des monnaies virtuelles, le volume de transactions peut soudainement augmenter. Nous pensons donc qu’il est critique de rester en avance sur la demande. Nous travaillons actuellement sur des applications réelles avec des partenaires qui auraient besoin d’un grand volume de transactions. Il est donc important de démontrer au marché notre engagement à augmenter la capacité de notre réseau pour répondre à leurs besoins. Au-delà de la croissance de notre réseau lui-même, il existe aussi la possibilité que la croissance exponentielle de Bitcoin se déverse sur les autres réseaux. Si cela venait à arriver, notre réseau ferait soudainement face à une augmentation brusque et importante de la demande. Pour toutes ces raisons, il est beaucoup plus prudent de continuer à augmenter la capacité de notre réseau au-delà du besoin apparent plutôt que de réagir au problème une fois survenu. »