This post is also available in: Deutsch Português Русский English

Le monde des crypto-monnaies est plein de libertariens. Les monnaies décentralisées n’ont pas besoin d’intermédiaires financiers et ne peuvent pas être contrôlées par le gouvernement. Cette nature sous-jacente des crypto-monnaies est comme de la douce musique à l’oreille de ces libertariens. Une critique habituelle contre ces derniers (et donc contre les partisans des crypto-monnaies) est qu’ils seraient égoïstes de par nature. Comme ils ne soutiennent pas les projets de sécurité sociale gérés par les gouvernements, cela voudrait dire qu’ils n’ont que faire des pauvres et de ceux dans le besoin. Ainsi, le but des crypto-monnaies serait la cupidité et de devenir riche.

Est-ce la réalité ? Les projets de crypto-monnaies existent-ils simplement pour des raisons égoïstes ? Et le développement des crypto-monnaies rendra-t-il les choses encore pire pour les pauvres ?

Sortir les pauvres de la pauvreté

D’après les médias, les forces principales à l’origine du Bitcoin et , par conséquent des crypto-monnaies en général, sont les trafiquants de drogue, les terroristes et les avides capitalistes.  Bitcoin est né dans le creuset de la crise financière de 2008. Crise qui a causé  d’incroyables difficultés financières à des millions de personnes pendant que les gouvernements sauvaient les riches. La réponse proposée par Satoshi Nakamoto n’était pas une autre solution de fortune pour un système économique voué à l’échec. Il a plutôt imaginé un système complètement différent. C’est-à-dire un réseau financier décentralisé et de pair-à-pair, loin du système financier actuel basé sur les dettes et hors de portée des mains des responsables gouvernementaux corrompus.

En quelques années, les gens ont réalisé le potentiel de ce système révolutionnaire. Surtout les laissés pour compte de notre système financier actuel, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas accès aux services bancaires. Bitcoin pourrait permettre à ceux du monde entier qui n’ont pas accès aux banques et aux cartes de crédit de facilement stocker et dépenser leur argent électroniquement. Dès 2014, les partisans de Bitcoin comme Andreas Antonopoulos ont constamment insisté sur le potentiel que Bitcoin avait d’aider les pauvres, en particulier ceux dans les pays en voie de développement. Et il s’agirait d’une aide réelle, systémique, et non pas d’une action charitable ponctuelle.

Je me souviens de cette histoire, une jeune femme en Afghanistan qui utilisait Bitcoin pour gérer son affaire. Ce qu’il y a de remarquable dans cet exemple est que, dans la culture de cette femme, les finances de la gente féminine doivent être contrôlés par un homme de sa famille, comme son père ou son oncle. Mais Bitcoin a permis à cette femme d’accéder à l’indépendance financière et lui a donné la liberté de sortir de la pauvreté. Ce sont des histoires comme celles-ci qui  m’ont inspirées, moi et beaucoup d’autres, à adhérer au Bitcoin comme moyen d’améliorer le monde.

Les crypto-monnaies peuvent donc apporter le changement. Pas juste pour les individus, mais pour les pays également. La crypto-monnaie est capable de créer une société où chacun possède les mêmes opportunités de réussir. Prenez le Venezuela. C’est devenu un désastre économique en raison des politiques socialistes du gouvernement, sa monnaie perdant sa valeur heure après heure. Ce désastre a jeté des millions de personnes dans une situation financière désespérée. Pourtant, si ces personnes avaient eu accès aux crypto-monnaies, ils auraient alors pu les utiliser pour y stocker leurs économies. Grâce à une monnaie qui n’aurait pas été dévaluée de 10% entre le début de la queue et l’arrivée à la caisse, ils auraient pu l’utiliser pour leurs achats quotidiens. Alors, ils pourraient échapper à la spirale destructrice de la pauvreté dans laquelle les responsables gouvernementaux les ont laissé.

En plus de garder sa valeur, cette monnaie en question devrait aussi être bon marché à utiliser mais aussi confidentielle. Bon marché afin de ne pas gaspiller un jour de salaire en frais de transaction. Confidentielle pour la garder hors de portée des représentants gouvernementaux qui ne manquent jamais une opportunité de réquisitionner l’argent du peuple.

Dash prend la relève

Malheureusement, toutes ces odes à Bitcoin pour sortir les pauvres de leur situation se sont tues. Avec des blocs congestionnés et une capacité qui n’évolue pas, Bitcoin est maintenant un autre support d’investissement pour les riches. Envoyer moins de 100 $ est maintenant trop cher pour la plupart des gens et le principe des micro-paiements a été mis de côté. Il semblerait que ceux accusant la communauté au penchant libertarien d’être des capitalistes egoïstes avaient raison. N’est-ce pas Samson Mow, Directeur de la Stratégie chez Blockstream, quiaprès tout a déclaré l’année dernière que “Bitcoin n’est pas pour les gens vivant avec moins de 2 $ par jour” ? Pourtant, c’est exactement à ces gens-là que nombreux d’entre nous pensent lorsque nous rêvons à la puissance de Bitcoin et de la crypto-monnaie en général.

C’est dans cet espace nouvellement laissé vacant que Dash est arrivé. Redoublant d’efforts pour devenir véritablement de “l’argent liquide numérique”, Dash propose de faibles frais de transactions et une confidentialité intégrée. Ainsi, n’importe qui avec un téléphone (un groupe qui inclut de nombreux pauvres dans des pays moins développés) peut littéralement devenir “sa propre banque” et effectuer des transactions avec n’importe qui dans le monde. Dash peut devenir un moyen par lequel les laissés pour compte bancaires transfèrent n’importe quelle quantité de monnaie rapidement et pour trois fois rien. Ainsi, les oubliés du système financier global et, malheureusement, de l’écosystème Bitcoin, seront équipés des outils financiers pour faire du commerce. Ils ne seront plus liés de force à des gouvernements corrompus ou à des barrières culturelles qui les enchaînent au cycle de la pauvreté.

Bien que Bitcoin ait abandonné les pauvres, Dash reste sur sa position de devenir le moyen par lequel ces derniers pourront sortir de la pauvreté. Dash aidera ainsi à réaliser la vision de Satoshi : un système financier plus équitable et plus juste.